Archive | août, 2019

LA POLITIQUE DES SONGWRITER VOL 41 : Martin Phillipps (une série de compilation en K7 audio)

13 Août
De 1990 à 2000 j’ai enregistré pour mes amis et girlfriend et moi même une série de compilation de k7 audio (que des artistes de cœur de mr persévérance) la série s’appelle « la politique des songwriter » (c’est un clin d’œil à la politique des auteurs des cahiers du cinéma) j’ai créé exactement 500 volumes puis je me suis arrêté. j’ai toujours essayé à ma bien modeste échelle d’être un passeur , il y a peu lors d’un dégât des eaux dans le garage de mes parents je suis retombé sur une partie des k7 .Cette série de compilation est une ode au support physique K7 et aux artistes qui constituent la colonne vertébrale de ma culture musicale. Le vol 41 est consacré à MARTIN PHILLIPPS. La ligne éditoriale de cette série compilation est éclectique et ne souhaite se conformer à aucun style de musique en particulier. En mars 2019 j’ai décidé de reprendre cette série de compilation qui s’achèvera définitivement au volume 1000.Cela intéresse t’il encore quelqu’un en 2019 ? si OUI , c’est avec plaisir et Gratuitement que je vous enverrai par la poste une copie de la précieuse K7 (voici mon mail perso hanslucas12@gmx.fr)  (photos et articles sur THE CHILLS en décembre 1987/janvier 1988 dans le numéro 9 des INROCKS)

Les films de ma vie – vol 21 : SALON KITTY de TINTO BRASS en 1976

11 Août

Les films de ma vie – vol 20 : Caligula de Tinto Brass en 1979

11 Août

The Book Of My Life – vol 19 : The Pythons Autobiography by The Pythons (2003/Orion books)

10 Août

THE GOLDEN AGE OF FRANCO BATTIATO – DE 1972 à 1975 : LES ANNEES SUR LE LABEL MILANAIS BLA BLA (5 albums)

10 Août

DARREN HAYMAN – 12 Astronauts (2019/It’s At Is Where You Are)

9 Août
DARREN HAYMAN est extrêmement prolifique et il a déjà pondu 18 albums solo depuis la fin de HEFNER avec peu de moyen financier et dans la quasi indifférence médiatique il a su allier qualité et quantité. La plupart des albums sont des Album-concept toujours assez improbable et pourtant tout a fait indispensable .Le dernier album solo en date (12 astronauts) est un hommage aux astronautes du Programme Apollo à l’occasion du 50e anniversaire de l’alunissage d’Apollo 11. Je ne vois guère que l’iconoclaste LUKE HAINES en Angleterre pour tenir la dragée haute en matière de concept Album a DARREN HAYMAN

The Book Of My Life – vol 18 : Guided by Voices: A Brief History: Twenty-One Years of Hunting Accidents in the Forests of Rock and Roll Paperback by James Greer in 2005 (Grove Atlantic, Inc.)

9 Août

MES ANNÉES POPUS DANS LES INROCKS : SILVER JEWS DANS LE DERNIER NUMERO MENSUEL DES INROCKS EN HIVER 1995

8 Août

DAVID BERMAN N’EST PLUS ET JE ME SUIS SOUVENU QUE SELON LES INROCKS DANS CE DERNIER NUMÉRO MENSUEL AVANT LE DÉSASTRE DU PASSAGE A L’HEBDO ,L’AVENIR DU ROCK AMÉRICAIN C’ÉTAIT SELON EUX : JEFF BUCKLEY , LIZ PHAIR ET BECK MAIS POUR MOI DANS MON HISTOIRE TRÈS PERSONNELLE DE L’HISTOIRE DE LA MUSIQUE L’AVENIR DU ROCK INDEPENDANT US CE FUT SURTOUT LES SILVER JEWS DE DAVID BERMAN OU BIEN LES SUPREME DICKS OU ENCORE LUNA OU BIEN LES TRÈS SOUS Estimé SPEED THE PLOUGH ET POUR CONCLURE POUR MOI L’AGE D’OR DES SILVERS JEWS VA DE 1994 A 1998 ET BASTA (en gros les 3 premiers albums )






Les films de ma vie – vol 19 : Six femmes pour l’assassin (Sei donne per l’assassino) est un giallo italien réalisé par Mario Bava en 1964.

8 Août

The Book Of My Life – vol 17 : DICTIONNAIRE DES FILMS FRANCAIS PORNOGRAPHIQUES ET EROTIQUES 16 ET 35 MM par Christophe Bier et consorts chez Serious Publishing en 2011

7 Août

Encore aujourd’hui, certains considèrent la pornographie comme ignoble et l’érotisme noble. Refusant cette très discutable hiérarchie, nous considérons l’érotisme softcore (simulé) et hardcore (non simulé, qualifié de pornographique) comme faisant partie d’un seul et même corpus. Nous avons entrepris d’en retracer l’histoire sous la forme d’un ambitieux dictionnaire des oeuvres, le premier de cette ampleur en Europe. Par les vertus de l’ordre alphabétique, 1 813 longs métrages se côtoient, aussi variés que L’Âge d’or de Luis Buñuel (1930), Jeunes Bourgeoises branchées sodomie d’Alain Payet (1984), Le Dernier Tango à Paris de Bernardo Bertolucci (1972) et Hommes entre eux de Norbert Terry (1976). Au fil des décennies, la représentation de la sexualité et du désir dans le cinéma français a connu de nombreuses évolutions, depuis les audaces des années 30 aux déchaînements charnels des pornos des années 70/80. C’est une histoire riche en thématiques, en courants esthétiques, en sous-genres, dans laquelle les films pornos ne souffrent pas d’une comparaison avec des titres érotiques qui seraient jugés plus  » nobles « . Beaucoup voient encore le  » porno  » comme une entité monolithique sans auteurs, sans films singuliers : un robinet d’images dignes d’opprobres ou – ce qui n’est guère plus flatteur – ne pouvant faire l’objet que d’une approche sociologique. Considéré comme responsable de viols (ou tout au moins, selon de savantes études, comme aggravant leur nombre), dangereux pour la jeunesse, attentatoire à la dignité humaine en général et à celle de la femme en particulier (y compris dans les pornos gay ?), le cinéma porno croule sous des accusations dont la littérature du même qualificatif s’est depuis longtemps débarrassées. L’un des principaux objectifs de ce dictionnaire raisonné est de prouver le contraire, de ridiculiser l’argument paresseux – pour ne pas dire malhonnête – selon lequel  » quand on a vu un porno, on les a tous vus « .Appliquant pour le cinéma érotique et pornographique français une approche historique et critique sérieuse, bannissant toute condescendance et son corolaire détestable, tout second degré, Christophe Bier, un spécialiste de l’érotisme, a mené pendant plus de 10 ans des recherches ardues auprès des cinéastes, producteurs et comédiens, a consulté des archives privées, dépouillé tous les dossiers de censure du CNC et visionné la quasi-totalité des 1813 films recensés, établissant des fiches techniques détaillées, identifiant des pseudonymes, reprenant des avis motivant les interdictions de la Commission de censure, proposant des résumés, des notules critiques et des notes informatives pour chaque titre, avec leur date de sorties, les salles d’exclusivité et tous les titres alternatifs et étrangers, des annexes complémentaires et plus de 100 pages d’index des noms et oeuvres cités. Christophe Bier, directeur de ce projet unique, est connu comme un spécialiste des marges, chroniqueur attitré depuis 2001 de Mauvais Genres, sur France Culture, réalisateur de documentaires pour CinéCinéma sur la série B allemande, les nains au cinéma et Daniel Emilfork, il est aussi l’auteur d’un livre sur l’histoire du classement X en France (Censure-moi, 2000) et présentateur sur internet de films pornographiques pour FilmoTV. Il a réuni autour de lui une équipe rédactionnelle étonnante et variée, sur les seuls critères de la compétence et de la passion pour un cinéma encore largement sous-estimé. Ce sont Grégory Alexandre, Edgard Baltzer, Daniel Brémaud, François Cognard, Serène Delmas, Maxime Delux, Denis Duicq, Gilles Esposito, Dominique Forma, Pierre-Arnaud Jonard, Hervé Joseph Lebrun, Emmanuel Levaufre, Armel de Lorme, Italo Manzi, Patrick Meunier, Alain Minard, Francis Moury, Britt Nini, Jean-François Rauger, Frédéric Thibaut et Jacques Zimmer, ainsi que quelques contributions de François Angelier, Pierre Bourdy, Frédérick Durand, Shige Gonzalvez et Herbert P. Mathese. Ce travail a pu être mené à son terme avec l’aide du Centre national du Livre, du Centre national de la Cinématographie, des Archives françaises du film-CNC, de la Cinémathèque française, de la Cinémathèque de Toulouse et de nombreux collectionneurs privés. (serious publishing)