Atom Cristal & Satellite – 1979​-​1985 (SERENDIP-LAB/2014)

1 Sep

atom

Un certain nombre de labels français et étrangers opèrent depuis un quinzaine d’années une colossale entreprise de réédition de tout un pan obscur de la musique. Le label SERENDIP-LAB a sorti de l’ombilic des limbes le groupe Atom Cristal & satellite. Je salue leur travail car il fallait une mémoire opiniâtre pour se souvenir de ces musiques Kraftwerkiennes.

 

Bio :

——-Français———

Atom Cristal est un de ces groupes injustement occultés de l’histoire de la musique électronique. L’aventure commence en 1974 à Puteaux, où ils sont témoins de la naissance de la Défense, symbole des quartiers modernes parisiens. Fan de rock allemand ou psyché, Jean-Pierre Chatté achète un des premiers synthétiseurs EMS en vente à Paris, et rencontre peu après Michel Goujon, ingénieur du son. Là commencent une longue amitié et complicité musicale. Dans les années 70 ils se produisent à Paris et en France (Tours,Angers, Saintes…), notamment aux côtés de Richard Pinhas (Heldon) ou Didier Malherbe (Gong). Chatté participe également au groupe A.M.E. (pour Atelier de Musique Electrique) avec Marc Puzio et Bernard Filipetti (Camizole, Art & Technique), mais comme la quasi totalité des groupes underground de l’époque, ils ne sortent aucun disque.
Atom Cristal, ensuite rebaptisé Satellite, était avant tout une bande de potes qui tapaient le boeuf dans la cave à JP, et gravitaient autour de l’association « Défense Musique ». Michel Alonso (guitare), Jean-Yves Brenner (guitare, synthés), Didier Duriez (saxophone), Hughes et Bertrand Gratton (guitarre et batterie, boîte à rythmes), Serge Lafosse (synthés), Marc Puzio (basse), et Jean-Luc Simonet (guitare) contribuèrent tous, par leurs influences musicales diverses, à créer une émulation et un éclectisme qui se développa avec plusieurs groupes annexes : Force de Frappe, Guignolos, XXe siècle…autant de formations à géométrie variable dont la musique
évolua du rock psychédélique à la synth-wave.
Il faudra attendre le début des années 80 pour que sortent deux
cassettes, un maxi vinyle ainsi qu’un morceau sur la compilation
Paris-Tokyo, produits par le label de cassettes Tago Mago, dirigé par un vieil ami de Chatté, Pascal Bussy. En contact avec l’underground de l’époque, ils sortent une reprise de Ptôse (<< Boule >>), se lient avec les Legendary Pink Dots, Ding Dong Tapes, tournent en Hollande, et figurent sur une compilation de Mark Lane (Onslaught
magazine n°6). Le groupe s’arrête en 1994, pour ressusciter ensuite
sous l’impulsion de Bertrand Gratton en 2012.
Quarante ans plus tard, il est grand temps de rendre hommage à ces pionniers trop modestes.

———-English—————–

Atom Cristal is one of these bands that have been completely
forgotten by the whole history of electronic music. Its adventure
started out in 1974, in the town of Puteaux, where they attended the
birth of La Défense, the archetype of the modern Parisian districts.
As a fan of kraut and psych rock, Jean-Pierre Chatté bought one of
the first EMS synthesizers for sale in Paris, and met soon after the
sound engineer Michel Goujon. This is how their long friendship and
musical affinity was born.
During the 70s, they played in Paris and in the rest of France (Tours, Angers, Saintes…), notably sharing the stage with Richard Pinhas (Heldon) and Didier Malherbe (Gong). Chatté and Bernard Filipetti (Camizole, Art & Technique) founded the A.M.E group (standing for workshop for electronic music in French), but like nearly all the underground french bands of these days, they could not release any record.
Atom Cristal, which was to become Satellite, was a bunch of pals keen
on jamming in Chatté’s cellar, and who gravitated around the association « Défense Musique ». Michel Alonso (guitar), Jean-Yves Brenner (guitar, keyboards), Didier Duriez (saxophone), Hughes and Bertrand Gratton (guitar and drums, drum machine), Serge Lafosse (keyboards), Marc Puzio (bass), and Jean-Luc Simonet (guitar), all of whom had various musical influences, brought some emulation and an eclecticism that developed into several bands throughout the years: Force de Frappe, Guignolos, XXe siècle…flexible and instable groupings whose music evolved from psych rock to synth wave.
It is only in the early 80s that they released their first two cassettes and a maxi vinyl, as well as a track on the compilation Paris-Tokyo. At the origin of these three issues was the cassette label Tago Mago, directed by an old friend of Chatté, Pascal Bussy. In relation with the underground scene of the decade, they released a cover of Ptôse’s « Boule », rubbed shoulders with The Legendary Pink Dots, Ding Dong Tapes, toured in Holland and figured on one of Mark Lane’s compilations (Onslaught magazine n°6). The group split in 1994,
only to resurrect in 2012 at the instigation of Bertrand Gratton.
Fourty years later, it is high time to pay homage to these overly
humble pioneers. (source:serendip-lab)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :