Je vous recommande chaudement les albums de Thierry Le Coq alias LE COQ.Cet auteur compositeur de très grand talent mérite plus de reconnaissance.Malgré un petit succès d’estime sa carrière est hélas en 2014 encore trop confidentielle

17 Août

Autre bel et bon cadeau : quelqu’un de chez saravah l’historique label de Pierre Barouh, toujours en activité et toujours vert, toujours à l’écoute de ce que font les jeunes chansonniers de ce pays, m’a remis le dernier album de LE COQ un nantais d’adoption. Il y a bien longtemps de ça, une bonne quinzaine d’années, purée, ce jeune homme chantait dans un trio vannetais du nom de Mauvais Sang, assez influencé par R.E.M., si je ne m’abuse( et où officiait également Hervé le Dorlot, qui jouerait après avec, le monde n’est pas bien grand, Bertrand Betsch). On s’était rencontrés à un concert organisé par des vendéens au pied du château de Gilles de Rais alias Barbe Rouge, concert où Philippe Katerine, que je rencontrais également ce soir là, servait des bières derrière le bar. Ils avaient bien aimé mon concert, et m‘avaient aimablement invités à faire leur première partie à Vannes, où ils jouissaient d’une petite notoriété. C’était dans un gymnase, entrée gratuite, un samedi soir face à 500 bretons en passe d’être bourrés, une dizaine de jours avant la sortie de « La fossette » ; dans mon souvenir, ça avait tenu du bras de fer, on m’en parle encore de temps à autre quand je vais par là bas. Toujours est il, pour en revenir à Le Coq, qu’après la séparation de son combo, il s’est mis « à son compte », accompagné notamment de Luc Rambo, un ancien compagnon de route, et jusqu’alors sa production m’avait laissé relativement froid, mais qu’il est bon de se laisser surprendre. Sa « Tête de gondole » s’ouvre avec un instrumental qui lorgne du côté de chez David Grubbs et Jim O’Rourke, et se poursuit avec de bonnes chansons habilement mises en son, par un gars de Man, notamment, avec un souci du détail permanent, des arrangements qui tire les compos de l’ornière nouvelle chanson française sans renoncer à une certaine concision. Une petite voie originale qui se dessine en France, pas si fréquent. Il est loin, le temps du gymnase vannetais…DOMINIQUE A le 6 février 2006

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :